Alimentation en eau potable

Le petit cycle de l’eau désigne l’ensemble des étapes intervenant depuis le captage de l’eau à l’état brut jusqu'à son retour dans le milieu naturel après usage. Les différentes étapes du petit cycle de l’eau sont les suivantes : le captage, la production, la distribution d'eau potable puis la collecte et le transport des eaux usées, leur traitement et la restitution au milieu naturel.

cycle domestique de l'eau complet


Nous nous intéressons aux premières étapes que sont :

  • le captage de l'eau brute dans la nappe souterraine;

  • la production, c'est-à-dire la transformation de l'eau captée à travers une unité de potabilisation permettant de réduire la concentration voir d'éliminer les substances dissoutes ou en suspension;

  • la distribution de l'eau potable qui correspond à son acheminement sous pression dans des réservoirs ou des châteaux d'eau puis à sa redistribution chez le consommateur en fonction de la demande.

 

Mode de gestion

Depuis 1970, les communes ont pour compétence la gestion des services de l'eau. Différents modes de gestion sont possibles :

  • la régie directe : la commune ou le groupement intercommunal assume directement la gestion;

  • la gestion déléguée : la commune ou le groupement intercommunal délègue un service à une entreprise spécialisée, pour une durée donnée. Il en existe deux types : la concession (le concessionnaire du service finance, réalise et exploite les équipements pour le compte de la collectivité) ou l'affermage (le fermier exploite et entretient les équipements uniquement).

Sur le bassin versant, il existe cinq syndicats intercommunaux d'alimentation en eau potable (SIAEP) qui gèrent 8 des 14 captages exploités pour l'alimentation en eau potable.

 


Schéma directeur d'alimentation en eau potable

Le but du schéma directeur est de mieux appréhender les besoins collectifs d'alimentation en eau potable à plus ou moins long terme et d'optimiser ainsi la programmation de travaux. Il est généralement précédé d'un diagnostic de l'état général de fonctionnement du réseau.

Les schémas directeurs existants sur le bassin versant sont au nombre de trois (région de Toucy, région de Treigny et Forterre en cours de finalisation).

 


Captage pour l'alimentation en eau potable

Périmètre de protection

L'objectif des périmètres de protection de captage est de protéger la ressource en eau contre les pollutions bactériologiques, ponctuelles et accidentelles. Ces périmètres sont définis par une procédure réglementaire qui limite les usages et les activités autour du point de prélèvement. L'étendue du périmètre est définie par une étude hydrogéologique et est entérinée par une déclaration d'utilité publique (DUP).

Opération "contrat global"

La maitrise foncière grâce à l'acquisition de parcelles dans les périmètres de protection de captage afin de garantir un mode d'occupation des sols respectueux de la ressource en eau est aidée financièrement par l'Agence de l'eau Seine-Normandie à hauteur de 80%. Contactez la régie rivière pour plus de renseignements.

 


Aire d'alimentation

L'aire d'alimentation d'un captage (AAC) est la surface du sol alimentant toute la partie de la nappe sollicitée par le captage. Pour réduire les pollutions et atteindre l'objectif de qualité des eaux destinées à l'alimentation en eau potable, c'est à l'échelle de l'AAC qu'il faut agir.

Dans le cadre du schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux (SDAGE), les captages ont été classés en quatre catégories suivant la qualité (teneur en nitrates et en pesticides) de l'eau brute. Les captages relevant des catégories 3 et 4, les plus pollués, sont donc prioritaires pour l'élaboration d'étude d'AAC.

Les études d'AAC ont pour objectifs :

  • de délimiter l'AAC par une étude hydrogéologique ainsi que les zones de différentes vulnérabilités;

  • d'identifier l'ensemble des activités ayant un impact sur la qualité de la nappe;

  • de réaliser un diagnostic de toutes les pratiques dont celles agricoles;

  • de proposer un programme d'actions concertées de préservation.

captage saintsSur le bassin versant, une étude d'AAC a été initiée en 2003 sur la source des Gondards à Saints-en-Puisaye. Depuis, de nombreuses actions ont été mises en œuvre sous l'impulsion du SIAEP de la région de Toucy pour un résultat probant : la teneur en nitrates dans la nappe a baissée de façon significative et est définitivement passée en dessous des 50 ml/L depuis 2008. Les efforts fournis doivent toutefois être pérennisés; l'objectif réglementaire au titre du SDAGE étant de 37,5 ml/L.

Les trois captages de Saint-Fargeau (la source du Moulin Fleuri et les forages des Prés Saint Maurice) ont également fait l'objet d'une étude d'AAC en 2009. La MACMAE (Mission d'Assistance et de Conseil à la contractualisation des Mesures Agro-Environnementales) de la Chambre d'agriculture de l'Yonne est chargée d'animer le programme d'actions depuis 2012.

En septembre 2014, le SIAEP de la région de Toucy a lancé l'étude d'AAC des captages sur la commune de Dracy (sources des Minards et de Fontaine Creuse). Une première restitution de l'étude hydrogéologique a eu lieu en janvier 2015. Des études complémentaires sont actuellement en cours afin de confirmer l'aire du bassin d'alimentation du captage.

Opération "contrat global"

La source de Materoy à Saint-Privé fait l'objet d'une étude d'AAC initiée début 2015 par le SIAEP de la région de Bléneau. Le bureau d'études prestataire, Sciences Environnement, a réalisé une étude hydrogéologique qui sera complété par une étude pédologique réalisée par la Chambre d'agriculture de l'Yonne.

Au nord du territoire, trois études ont également été initiées à l'été 2016 sur les bassins d'alimentation des captages de Péruseau à Charny, de la Fontaine Saint Roch à Louesme et de la Fontaine de Jarennes à Tannerre-en-Puisaye. La première phase de ces études sera restituée en mai 2017.