Eaux de surface

Le bon état d'une masse d'eau superficielle au titre de la Directive cadre sur l'eau est atteint lorsque son état écologique (état biologique + état physico-chimique) est au moins "bon" et que son état chimique est "bon".

schéma état écologique

 

Etat écologique

L’état écologique d’une masse d’eau de surface résulte de l’appréciation de la structure et du fonctionnement des écosystèmes aquatiques qui y sont associés. Il est déterminé à l’aide d’éléments de qualités biologiques (espèces végétales et animales), hydromorphologiques, physico-chimiques et apprécié par des indicateurs.


Qualité physico-chimique

ESU état PC


Les mesures physico-chimiques se portent principalement sur la teneur en oxygène (reflet de l'altération de l'eau par les matières organiques) et en nutriments (reflet de l'altération de l'eau par les principales formes de l'azote et du phosphore).

 
 
 
 
 
 

 

 
Qualité biologique

ESU état bio


Pour suivre l’évolution de la qualité biologique d’un cours d’eau, des mesures sont réalisées par comptage et identification de poissons, de diatomées (algues unicellulaires), de plantes aquatiques et de macro-invertébrés (organismes animaux de petites tailles : vers, mollusques, crustacés, insectes...). 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Opération "contrat global"

En 2015, 9 pêches d'inventaire ont été réalisées sur le cours du Loing par la Fédération départementale de pêche et de protection du milieu aquatique dans le but de caractériser le peuplement piscicole.

pêche électriquecomptagechevaine

 

Etat chimique

ESU état chimique


L’état chimique d’une masse d’eau de surface est déterminé au regard du respect des normes de qualité environnementale de polluants spécifiques. Ces polluants sont des substances dangereuses pour les milieux aquatiques quand elles sont déversées en quantités significatives. 41 substances sont ainsi contrôlées (33 substances prioritaires et 8 substances dites « dangereuses »).

   









 Opération "contrat global"

En 2015, le bureau d'études Hydrosphère a réalisé des mesures de la qualité biologique (macro-invertébrés, macrophytes et diatomées), physico-chimique et morphologique sur 2 stations du Loing et sur 3 stations du ruisseau du Bourdon. La présentation des résultats a eu lieu le 11 février 2016.

En 2016, il est intervenu sur 5 stations du Loing, 4 stations sur le Branlin et 4 stations sur l'Ouanne. Les résultats des analyses ont été présenté le 12 janvier 2017.

En 2017, des mesures de la qualité des eaux de surface ont été réalisées sur 13 stations réparties sur l'Ouanne (4), le Loing (4), la rivière Rouge (2), le ru du Cuivre (2) et le ruisseau de Fontenoy (1). Une présentation des résultats d'analyse a été effectuée le 5 février 2018.

En 2018, ce sont 16 stations qui seront suivies trois fois dans l'année réparties comme suit:

  • 2 stations sur le ru d'Ingeron à Saints-en-Puisaye et 2 stations sur le Loing à Saint-Fargeau afin d'évaluer l'impact du rejet des stations d'épuration sur le milieu naturel;
  • 12 stations en amont/aval d'étangs pour évaluer leur impact sur les cours d'eau (ruisseau de la Chasserelle, rivière Rouge, Loing et affluent de la Chanteraine).