Qualité structurelle des berges et du lit mineur

 

Les berges de cours d'eau et, en particulier, la ripisylve possède des propriétés physiques et écologiques importantes :

ripisylve et habitats

  • diversification dans le paysage;

  • effet de brise-vent;

  • réduction de l'eutrophisation du cours d'eau par apport d'ombrage et donc réduction de la température;

  • zone refuge pour la faune auxiliaire;

  • maintien physique des berges par les systèmes racinaires;

  • filtration des éléments polluants.


Elle peut également présenter un intérêt économique par la valorisation de la biomasse produite.

La nécessité d'entretenir de tels milieux n'est plus à démontrer, il reste cependant à savoir pourquoi et comment intervenir.

 


Mise en défens des berges

La limitation de l'accès aux berges par le bétail a plusieurs objectifs. Elle permet de réduire les effets suivants :

piétinement

  • la détérioration des berges et du lit ainsi que l'accélération des phénomènes d'érosion;

  • la détérioration de la ripisylve par piétinement et abroutissement;

  • la mise en suspension de particules fines préjudiciables au milieu et à la faune aquatique;

  • l'apport direct au cours d'eau d'excréments qui a une incidence sur la qualité bactériologique de l'eau;

  • le risque de problèmes sanitaires pour le bétail.

 
Cette limitation d'accès se décline en diverses interventions :

  • la pose de clôtures
  • l'aménagement de points d'abreuvement. Là où une descente au cours d'eau est existante, elle peut être aménagée en zone d'abreuvement (empierrement, clôture). Dans les autres cas, il est préconisé d'installer l'abreuvoir en retrait des berges comme une pompe de prairie ou un bac alimenté soit par gravité, soit grâce à l'énergie éolienne ou solaire.
  • l'aménagement de points de franchissements. Là où un passage à gué est déjà existant, un aménagement de celui-ci (empierrement, portail, clôture) peut être mis en œuvre. Lorsqu'un nouveau franchissement doit être créé, il est préconisé de mettre en place une passerelle.

Opération "contrat global"

Un guide présentant plus en détails les enjeux de la mise en défens des berges et les aménagements préconisés a été édité en 2015 à l'attention des agriculteurs du bassin versant.

Un appel à projets a également été lancé en mai 2015 auprès des 450 éleveurs possédant des pâtures en bord de rivières.

 

 

passage à guéSuite à cela, une première tranche de travaux a été réalisée en 2016 chez 14 exploitants agricoles. Plus de 6000 km de clôtures ont été posées, 25 abreuvoirs en pied de berge et 11 passages à gué aménagés, 6 pompes de prairie installées.
 


abreuvoirEn 2017, est programmé l'installation de 9200 km de clôtures ainsi que l'aménagement de 28 abreuvoirs et 17 passages à gué chez 15 exploitants agricoles.

Consultez la carte interactive (lien en haut de la page dans la barre de droite) , rubrique "travaux réalisés" pour localiser ces travaux.


 

 

Entretien de la végétation 

 L'entretien de la végétation a plusieurs objectifs. Il permet :

  • d'assurer la stabilité des berges et de limiter l'érosion. Le système racinaire de la végétation des berges permet le maintien de cette dernière dans la mesure où la végétation est entretenue, non vieillissante et que les espèces implantées sont adaptées.
  • de favoriser la biodiversité végétale et animale et de permettre la valorisation du milieu naturel. Une végétation monospécifique provoque une homogénéisation du milieu et va limiter le potentiel écologique et le bon fonctionnement des cours d'eau.
  • de restaurer le libre écoulement des eaux. Les arbres tombés dans le cours d'eau ou les embâcles peuvent créer des obstacles au bon écoulement et provoquer des débordements dans des zones à enjeux.


Le bon entretien d'un cours d'eau se décline en diverses interventions :

  • l'abattage sélectif de la végétation sur les berges. Les arbres abattus ne doivent pas être dessouchés pour ne pas déstabiliser les berges et permettre le rejet de la souche.
  • le traitement sélectif des embâcles qui participent à la diversité dans le cours d'eau et qui ne seront évacués qu'en cas de risque hydraulique.
  • le débroussaillage afin de favoriser le développement des jeunes sujets.
  • la revégétalisation qui consiste à réimplanter la végétation là où elle est absente, à choisir des espèces adaptées et diversifiées contribuant à la stabilité de la berge. Les peupliers et les résineux sont à éviter car leur système racinaire superficiel n'est pas adapté.


Il est conseillé de travailler de novembre à mars pour tous les travaux de coupe afin de limiter les incidences des interventions sur la faune et la flore.


 

Opération "contrat global"

Un programme pluriannuel d'entretien a été élaboré à partir du diagnostic des cours d'eau et de la définition d'objectifs de gestion.

Des réunions se sont tenues en juin et juillet 2016 afin d'informer les propriétaires riverains de cours d'eau sur cette opération. Le document de présentation est téléchargeable ici.
 


Après accord du propriétaire, un marquage sur le terrain est réalisé puis l'association d'insertion Emeraude réalise les travaux d'entretien. entretien embâcle

En 2016, Emeraude est intervenue le long du Loing et de son affluent le Beaune.

En 2017, elle a réalisé l'entretien de la végétation du Branlin et ses affluents amont (ru et ruisseau de l'Ingéron, ru de Saint-Prix) depuis Saints-en-Puisaye jusqu'à Tannerre-en-Puisaye.

 

 

 

Vous êtes propriétaire riverain ou exploitant de parcelles riveraines, vous êtes donc tenu d'entretenir régulièrement la végétation présente au bord et dans la rivière qui longe ou traverse vos parcelles.


Pour connaitre le cadre réglementaire, ce que vous pouvez réaliser, ce qu'il faut éviter et ce qu'il est interdit ainsi que les périodes d'intervention, reportez-vous au guide d'entretien des cours d'eau de l'Yonne.

 

Consultez également la carte interactive (lien en haut de la page dans la barre de droite), rubrique "préconisations de gestion" pour connaitre localement le type d'entretien à réaliser en fonction des objectifs de gestion préconisés.

 

 

 

Opération "contrat global"

Des fiches techniques ont été réalisées pour aider les riverains à mieux gérer la végétation des cours d'eau. Organisées en 4 catégories, vous pouvez les télécharger en cliquant sur les liens ci-dessous : 


Végétation présente sur les berges de la rivière :

- la végétation herbacée

- les arbustes et buissons

- les grands et gros arbres

- les zones peu boisées

- les boisements denses ou uniformes

- les arbres morts ou dépérissant sur pied

- les espèces inadaptées ou envahissantes

 

 

Techniques d'entretien de la végétation :

- le débroussaillage

- l'élagage

- le recépage

- la taille en têtard

- l'abattage

- le dessouchage

 

Végétation présente dans le lit de la rivière :

- les plantes aquatiques

- les embâcles

- la végétation des bancs alluviaux

- la végétation des bras morts

 

 

Techniques de restauration de la végétation :

- l'ensemencement

- le bouturage

- la plantation

- la protection végétalisée des berges


Si vous souhaitez recevoir certaines fiches sous format papier, vous pouvez en faire la demande par mail à l'adresse suivante : rivieres@repf.fr en précisant l'intitulé des fiches et vos coordonnées postales.

 

 

Restauration de la végétation rivulaire

Opération "contrat global"

plantationUne opération de plantation en berges des cours d'eau du bassin versant du Loing a été réalisée de janvier à février 2017 sur 13 secteurs représentant près de 6 km de rive et 2 500 arbres et arbustes. L'objectif visé est de reconstituer le cordon de végétation nécessaire au bon équilibre du milieu aquatique (berge et lit mineur).

Consultez la carte interactive (lien en haut de la page dans la marge de droite), rubrique "travaux réalisés" pour localiser ces travaux.